Histoire

L’histoire est aussi une passion des Français, l’histoire des bâtiments reflète aussi l’histoire de la Nation :

Le Château d’Issus : « vaste construction rectangulaire et un jardin fermé de hautes murailles de briques, parc aux ombrages séculaires et une immense cour précédée d’une porte monumentale formant porche…Au fond de cette cour, le bâtiment principal flanqué de 4 pigeonniers caractéristiques du Lauragais. Sa construction a dû débuter au commencement du XVIIème siècle sous les règnes d’Henri IV et de Louis XIII. Le Château fut pillé par les Huguenots et incendié vers 1590-1591. »

« …L’éclatante luminosité de son ciel, la rare qualité de la lumière qui la baigne, la splendeur de ses horizons, la tiédeur de son climat, la grâce mesurée de ses collines et de ses vallons, la fertilité de son sol, les rudes caresses du vent d’Autan qui purifie l’atmosphère, toutes ces qualités réunies en font une terre d’élite et lui communiquent cette poésie intense qui se dégage de beaux spectacles de la nature et qui enchante nos yeux avant d’émouvoir les facultés de notre âme. »

Raymond CORRAZE (prêtre d’Issus auteur de nombreux textes et essais sur la Seigneurie et le Seigneur d’ Issus).

ISSUS est un village du Sud-Ouest de la France, dans le Sud du Lauragais, tout près de Toulouse.

Autour d’ISSUS, tout parle du Lauragais : Montbrun Lauragais, Montesquieu Lauragais, Belbèze Lauragais, Avignonnet Lauragais plus au Nord, Saint Felix Lauragais.

Son nom pourrait venir de « Hise » (petite rivière qui passe au sud d’Issus, entre Issus et Auragne.), et « sus » (au-dessus de). Ce qui signifie : le village au-dessus de la Hisse.

Le Lauragais, lui, doit son nom au vieux castrum de Laurac le grand, dans l’Aude qui était sa capitale primitive et ce terme a ensuite servi à désigner le pays tout entier.

Ici dès qu’on se lève « c’est la vision dominatrice de la chaîne pyrénéenne qui dresse dans le ciel sa haute muraille de granit. »

ISSUS est caractérisé principalement par son église : « un mur clocher, percé de quelques arcades pour recevoir des cloches » à l’intérieur, pas de voûtes, un simple plafond décoré de quelques pauvres peintures qu’un jour triste, tamisées par deux fenêtres avares de lumière, permet à peine de distinguer, 4 chapelles dont deux de construction récente. Au point de vue ecclésiastique, Issus sous l’ancien régime, n’avait pas de vie propre, son église n’était pas une cure, elle était liée à la paroisse plus importante d’Auragne.

Au XIIIème siècle, il existait 3 églises: au Nord-Est Saint Sernin d’Issus, au Sud Saint Jean de Cominhes, au centre, Notre-Dame de Lom, dernière chapelle qui persiste actuellement.

Le sanctuaire de Notre-Dame de Lom était vénéré au XIVème et au XVème siècle.

Bookmarquez le permalien.

Les commentaires sont clos.